Journal d'une RollerGrrrl

J’ai testé pour vous… la pole dance !

Mes amis, l’heure est grave. J’ai pêché. J’ai été infidèle, je le reconnais. Et pas qu’une fois… Je porte des shorts toujours aussi courts et je me fais toujours autant de bleus, mais voilà, depuis quelques mois (3 pour être précise), je me suis donnée toute entière à une autre discipline : la pole dance. 

Roller derby et pole dance : même combat !

Bon, question présentations, ce qu’il y a de bien, c’est que tout le monde connait la pole dance. Alors c’est toujours plus simple à expliquer que le roller derby. Presque pas besoin de vous faire un dessin. Je dis « presque » parce que je vois déjà dans vos petites têtes se former le combo maxi talons et mini string. Spoiler : c’est pas comme ça que ça se passe. Là où le roller derby souffre de clichés, la pole aussi tente de redorer son blason et mène une croisade contre les clichés en tous genres qui entourent sa pratique. Exit les tenues de gogo et les clubs glauques du fin fond de la Creuse, la pole dance (ou pole sport, ou pole fitness) est une vraie discipline sportive, acrobatique et gymnastique ! Certes, on ne peut pas nier le côté performance, mais il faut beaucoup, beaucoup de travail avant d’arriver à un résultat un peu sympathique !

En fait, pour tout vous avouer, on se retrouve plus souvent en débardeur et short en coton qu’en soutif et string à paillettes. Comme dans le derby, dans la pole aussi on a une branche « athlétique » et une branche « folklore » bien que les deux se recoupent et participent mutuellement à l’évolution du sport. Je me reconnais pour l’instant plus facilement dans la première car de toute façon je suis plutôt nulle pour marcher en talons et le côté sportif m’attire d’avantage que le côté show. N’empêche, je n’ai pas eu besoin de revoir ma garde robe pour switcher du training de derby à celui de pole, voyez plutôt :

Air Dance Studio

Cette figure s’appelle le Superman. Allez savoir pourquoi !

Un sport pour toutes !

En arrivant à mon premier cours au Air Dance Studio j’étais très curieuse de savoir à quelle sauce j’allais être mangée, ce qui allait se passer et du type de personnes que j’allais y rencontrer. Et tout comme au derby, il y a tout et tout le monde ! Des grandes, des petites, des minces, des rondes, des sportives, et des moins sportives. Et on s’est toutes retrouvées là, en short et brassière, dans une ambiance détendue, décomplexante et décomplexée. J’ai accroché tout de suite et ai rempilé pour 10 cours, puis tadaaaa, après ces 10 cours je me suis jetée dans le grand bain en m’abonnant finalement pour l’année. Faut dire que c’est hautement addictif et on progresse assez vite lorsqu’on est un minimum sportif et rigoureux. Après, je ne vous cache pas que pour évoluer, la souplesse et la force deviennent indispensables, j’y travaille à la sueur de mon front (littéralement).

Douillettes, passez votre chemin !

Si vous pensiez vous faire les plus gros bleus de votre vie à au roller derby, grossière erreur ! Je n’ai jamais autant marqué qu’avec la pole. Le grip combiné aux points d’appui dont le corps n’a absolument pas l’habitude = GROS BLEUS DE SA MERE. Les cuisses, les pieds, les bras, les mollets, tout y passe. Et qui dit bleu dit traumatisme dit… douleur. Je peux vous dire que c’est loin d’être une cure de jouvance et les premiers cours ne sont pas faciles… Passé l’étonnement (pour ne pas dire autre chose), le corps et la tête s’habituent et ça va (un peu) mieux.

Entre le derby et la pole, mon coeur balance

Bien entendu, je n’oublie pas mon premier amour et m’y remets sérieusement dès la rentrée, c’est promis juré, craché. J’ai seulement pris une saison un p’tit peu sabatique parce que j’avais des choses à régler, et pas beaucoup de temps (soyez rassurés, maintenant, je suis organisée et je fais des todo lists). La pole, c’est mon petit challenge à moi, le p’tit nouveau qui me donne des papillons dans le ventre quand j’y pense. En fait, ce sont deux sports qui permettent le dépassement et l’acceptation de soi : en sortant des cours de pole, j’ai le sentiment que je pourrais tout accomplir (après une bonne couche d’arnigel) et finalement ça me motive à me rebouger les fesses dans le derby et le sport en général, car c’est tout ce que j’avais perdu avec le temps ! Et d’ici quelques semaines, j’vous raconte pas les biscotos que j’aurais et gare à ceux que je croiserai sur le track… 😉

Bonus :

Air dance studio

Et bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *