Journal d'une RollerGrrrl

Roller derby relationship and gender study : un sondage qu’il est bien !

Je vous parlais il y a quelques temps d’un projet intitulé The Rollergirl Project qui consiste à découvrir et faire découvrir les corps des rollergirls du monde entier, tous les gabarits et toutes les tailles possibles et imaginables. La page Facebook de ce projet a relayé hier soir un google doc sous forme de sondage sur un sujet qui me tient (et je pense qui tient à beaucoup de monde) à cœur. 

Vagine Regime - gender studyLe sondage s’appelle Roller Derby Relationship and Gender Study et est mené par Jack King, un photographe de derby passionné de data. S’il n’est précisé nulle part l’objectif de ce sondage (si ce n’est pour connaître un peu mieux la communauté derby et savoir s’il y a une ligne directrice dans les comportements), il a au moins le mérite de soulever pas mal de questions et interrogations partagées par nous tous ici. 

Le titre est ma foi assez explicite et ayant étudié à la fac la notion de genre (Judith Butler et son Gender Trouble en tête de liste), ce sondage a attiré mon attention.

Les questions posées sont assez pertinentes :

  • identification à un genre
  • le type de ligue dans laquelle on est impliqué
  • depuis quand pratique-t-on le derby
  • notre rôle au sein de notre ligue
  • est-ce qu’on était ou non en couple lorsqu’on a commencé le derby
  • s’il s’agit toujours de la même relation
  • qui est la personne qui partage notre vie, est-ce qu’elle fait partie de la communauté derby
  • est-ce qu’on a changé de partenaire pour quelqu’un de la communauté derby
  • est-ce que le derby a permis une meilleure appréciation de soi, de son corps
  • est-ce que le derby a révélé une orientation sexuelle
  • est-ce que l’estime de soi a évolué avec le derby
  • et pas mal d’autres questions du genre

J’ai répondu avec plaisir à ce sondage (anonymement), et même si ce n’est pas mon témoignage qui apportera le plus de données (j’étais, je suis et je serai hétérosexuelle, et le derby n’a pas changé ma vision du monde sur ce point), il n’aide pas moins à faire le point sur tout cela, et m’a fait réfléchir à pas mal de choses qui se sont passées autour de moi dans ma ligue. Changements radicaux de vie, de vision, d’orientation… Les rollergirls ont une vie trépidante « révélée » grâce au derby. Ce n’est sûrement pas le cas de tout le monde, mais pour beaucoup, il aide à s’accepter, à avoir une meilleure estime de soi-même, permet de révéler les caractères, les tempéraments, et d’avoir quelque chose en quoi croire et s’investir.

Enfin bref, un vaste sujet d’étude ici ! La chose la plus positive pour moi, c’est sans conteste le fait que le roller derby permette de soulever des questions, des interrogations sur des sujets qui sont plutôt tabous voire évincés dans la plupart des milieux. Plus le roller derby grandit et plus ces questions deviennent « communes » et prennent part dans l’inconscient et le conscient collectif. Et si on peut participer rien qu’un peu, nous, derby people, à l’acceptation par le plus grand nombre de tous les styles de vie, de tous les genres, de toutes les orientations, hé bien on a déjà de quoi être fiers !

Pour répondre au questionnaire, c’est juste ici !
Pour info, on peut y laisser son adresse mail pour recevoir les résultats de cette enquête :)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *